Author:
• dimanche, mai 22nd, 2016

1 mai

Il est 16 h, alerte, la trompe retentit, le message est clair : abandon du navire !

1

Rassemblement sur le pont et distribution des gilets de sauvetage.

2

Démonstration pour enfilage des combinaisons isothermes.

3

Embarquement dans le canot de sauvetage.

4

Evidemment ce n’est qu’un exercice et c’est tant mieux…

5

.

3 mai

1

Bonjour l’Afrique !

2

Nous voici à quai au port de Dakar.

3

Déchargement et chargement de toutes sortes.

4

Céréalier.

5

Et oui nous sommes en Afrique…

6

25 tonnes de riz et ça roule toujours !

7

Plus jeune mais avec des signes de fatigue.

8

Un balai incessant durant la journée pour vider le bateau.

9

Petite virée dans la capitale.

10

Très coloré.

11

Beaucoup de monde autour de ce camion poubelle…

12

Sur un trottoir vente du beurre de karité.

13

.

14

Taxis à la couleur unique très nombreux dans la ville.

15

Certaines attendent désespérément un propriétaire.

16

Retour au bercail, départ prévu dans la nuit.

5 mai

1

A l’approche des ports les couleurs du pays sont hissées systématiquement.

2

En pleine mer nous croisons un autre Grimaldi, le groupe possède en tout 120 bateaux dont 6 comme le nôtre.

3

Nous sommes à quai au port de Banjul capitale de la Gambie.

4

Quelques instants plus tard un bateau de croisière allemand accoste également.

5

Tout est mis en œuvre pour leur accueil, la fanfare se produit durant une heure.

6

Les véhicules tout terrain sont prêts pour une virée dans la brousse.

7

Leur sécurité est assurée.

8

Les marchands ambulants ne tarde pas à arriver.

9

.

10

.

11

.

12

.

13

C’est parti !

14

Pendant ce temps la manutention commence sur le Grande Brasile.

15

Nous apercevons également un petit ferry permettant la traversée de la rivière (du même nom que le pays) qui est très large à cet endroit.

16

La moindre place est occupée.

17

En attente pour l’embarquement.

18

Il y a aussi les constructions artisanales.

19

Du haut du pont nous apercevons la plage.

6 mai

Comme en Afrique tout est toujours plus long qu’ailleurs nous restons au moins 48 heures à quai, aujourd’hui nous décidons de découvrir la ville.

1

Ici l’espagnol on oublie (ex colonie anglaise).

2

Nous sortons du port.

3

Contrôle technique ok…

4

L’Afrique et ses beaux tissus.

5

.

6

Maison coloniale.

7

Joli couple.

8

Sens de l’équilibre.

9

Trop mignon.

10

Sac à main trop bien !

11

Beaucoup de vie sur les trottoirs.

12

Quelle élégance !

13

Tout est beau…

14

Quelle adresse !

15

Encore un joli sac !

16

Pêle-mêle et une odeur qui éveille nos papilles mais nous n’allons pas plus loin.

17

Détour par la plage.

18

.

19

Nous arrivons ensuite sur le marché.

20

Toujours de belles couleurs.

21

Ici l’odeur prime…

22

.

23

.

24

.

25

.

26

.

27

Mangues de belle qualité.

28

Quelques légumes.

29

.

30

Petite princesse !

31

Artisanat du bois.

32

.

33

Cet homme parle français nous échangeons quelques mots.

34

Nous arrivons dans le coin des pêcheurs.

35

Construction sur place.

36

Beau travail.

37

.

38

Abri des pêcheurs.

39

.

40

Pirogues de belles tailles.

41

L’étanchéité des jointures est assurée par le bourrage de toile de jute et ensuite une bande de protection est pointée.

42

Je ne dors pas je réchefli…

43

Ca sent bon la menthe.

44

Tenue toujours de bon goût !

45

Il prend la couleur locale.

46

.

47

Si c’était moi, c’est l’omelette assurée !

48

La boucle est bouclée, nous apercevons notre taxi.

49

.

50

Contrôle à l’entrée du port.

51

Le cylindre usé de notre bateau.

 

48 heures en Gambie nous permet d’avoir un petit aperçu du peuple Gambien en majorité assez pauvre et vivant dans des conditions d’hygiène qui font peur ! Nous autres occidentaux nous sommes à l’extrême en la matière ce qui fini par nous fragiliser à force de vouloir tout aseptiser…

Cependant la Gambie nous laisse un petit goût amer, du moins du côté de son administration.

Sur le bateau nous sommes 12 passagers : 1 anglais, 5 allemands et 6 français, il nous a été demandé une taxe portuaire de 75 € par personne que l’on descend du bateau ou non et cela concerne uniquement les français, raison évoquée : la France n’a pas d’ambassade dans le pays !

Quand nous achetons le billet il est bien précisé qu’il peut y avoir des taxes de port à notre charge.

Raymond qui en est à son quatrième voyage n’est jamais venu en Gambie auparavant, les escales varies en fonction du fret et pour terminer je me fais la réflexion suivante : une ambassade revient chère alors pourquoi pas une ambassade européenne dans tous les pays du monde comme les Etats-Unis, il en résulterait des économies pour tout le monde, bon d’accord à Bruxelles ils sont débordés n’est-ce-pas ?

 

Category: GRIMALDI 2016
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.