Author:
• mercredi, mai 27th, 2015

13 mai

1

Dans la matinée direction l’équateur, frontière plutôt agréable : rien à payer, pas de photocopies, le personnel aimable et souriant.

2

Premier chasseur équatorien ?

3

Sitôt passés la frontière nous rentrons le point suivant N 00°40.645 W 077°52.605 et environ une dizaine de km plus loin on se retrouve sur une piste.

4

On se retrouve en pleine nature, quel plaisir !

5

C’est parti pour 35 km de piste jusqu’à la laguna del voladero.

6

Fuchsia sauvage.

7

Bonjour l’inconnu !

8

.

9

Changement de pays, changement de décor.

10

.

11

.

12

.

13

.

14

.

15

Avant.

16

Après.

&è

Certaines finissent bleues.

18

Ils sont des milliers à perte de vue.

19

La piste devient humide.

20

.

21

De moins en moins large.

22

Nous arrivons au centre naturel « el Voladero ».
N 00°40.644 W 077°52.606

14 mai

1

Ici des lavabos et des toilettes sont disponibles gratuitement.
Nous sommes à 3700 m, du matin au soir la température oscille entre 5 et 8°.

2

La météo n’est pas avec nous, vent toute la journée et pluie fréquente.

3

Malgré tout on se lance dans la balade.

4

Dommage nous sommes dans les nuages.

5

D’après notre guide papier nous sommes dans la région la plus humide de l’Equateur.

6

.

7

Steppe bien humide.

8

A plus de 3800 m le pas est lent…

9

.

10

.

11

.

12

.

13

Nous avons enfin leur nom.

14

Des petites bleues sans nom.

15

De retour.

16

Un barbecue est à notre disposition, il est allumé dommage il nous manque la côte de bœuf !

15 mai

1

Nous quittons la lagune voladero en continuant la piste.

2

De ce côté-ci la piste est beaucoup plus roulante.

3

Nous avons 16 km pour atteindre El Engel.

4

Arrivée à El Angel, nous sommes à 3000 m.

5

.

6

Arrêt sur la place de l’église, on profite d’une WIFI, de plus il y a des toilettes et un robinet d’eau. Pour la nuit on se gare sur le côté. N 00°37.278 W 077°56.528

7

Un coup d’œil dans l’église.

8

Une déco parmi tant d’autres sur cette place.

9

.

10

Une sculpture en pierre végétale !

11

Les mini halles pour des fruits et légumes bon marché.
N 00°37.213 W 077°56.394

16 mai

1

Nous laissons El Engel derrière nous.

2

Nous retrouvons la panaméricaine jusqu’à Ibarra.

3

Une paysanne dans la campagne profonde.

4

Fleur de cactus.

5

On aperçoit pas mal de cultures sous serres.

6

Souvent dans les villages nous trouvons des scènes liées à la culture locale.

7

.

8

Arrivée au camping Sommerwind à Ibarra. N 00°22.510 W 78°05.221

9

Tarif 5 $ par personne, eau chaude lavabo et douche, wifi et cuisine à disposition.

Nous trouvons ce camping plutôt agréable, les patrons sympas et font restaurant le dimanche.

C’est aussi un carrefour international pour beaucoup de voyageurs.

10

Un bonne surprise pour nous, nous y retrouvons Carina et Marc avec leur transalp, nous sommes devenus de bons amis.

11

Tous les samedis soir le patron allume le barbecue et se charge de la cuisson pour qui le souhaite, on se retrouve tous autour d’une grande table, ambiance bon enfant !

12 BIS

Petit-déjeuner du dimanche matin.

12

Encore de belles rencontres, Jen et Luc qui rentrent au Québec dans un mois.

13

Karin et Manfred, un couple d’allemand qui comme nous en vendu leur maison et se dirigent vers le nord. (nous avons visité leur véhicule, cela donne des idées…)

14

Lisbeth et Léo, un couple de suisse également bien sympathique.

15

Certains laissent leur véhicule en storage pour 1 $ par jour.
Mais attention à la rouille !

16

Belle imitation, la carrosserie du Land est en aluminium !
C’est bluffant !

26 mai

1

Vue sur le camping, à gauche on aperçoit les 2 cabanes à louer.

2

Vue depuis le camping sur la lagune, nous en avons fait le tour à pied : 10 km.

3

Entre le camping et la lagune se trouve un circuit où le week-end quelques voitures viennent s’entraîner, nous sommes aux premières loges.

4

Un habitué des lieux.

5

C’est samedi soir chacun prépare une entrée.

6

.

7

Le côté francophone de la table (la Belgique, la Suisse, le Québec et la France).

8

Hans le Boss et maître du barbecue !

27 mai

Après 11 jours dans ce petit paradis avec des rencontres de tous bords, on se décide à lever le camp.

A la station de gaz ENI N 00°23.560 W 78°06.453 on nous remplit nos 2 bouteilles, une américaine et la camping gaz française.

Suite 27 mai

En début d’après-midi après le ravitaillement nous quittons Ibarra par la 35 au sud puis à l’ouest au-dessus d’Otavalo jusqu’à la lagune Cuicocha.

1

Nous arrivons à 16 h, le site ferme à 17 h.

2

Visite du musée, nous sommes seuls même le bureau info est vide !

3

.

4

Bivouac juste à l’entrée, 3076 m.
N 00°17.542 W 078°21.124

28 mai

1

Ce matin le temps est encore couvert mais on se lance tout de même pour faire le tour de la lagune par les crêtes.

2

Nous avons quand même une belle vue.

3

Le sentier est très fleuri.

4

.

5

.

6

.

7

.

8

.

9

.

10

Des grimpettes à 3500 m, ça calme !

11

D’un côté la lagune.

12

Et de l’autre la plaine.

13

.

14

.

15

Après une petite averse la clarté s’améliore et les photos également.

16

.

17

C’est un très beau lac de cratère.

18

.

19

.

20

Elles sont géantes.

21

.

22

Emergent 2 îles d’origine volcanique, elles servaient jadis de prison aux incas.

Il est 16 h, nous arrivons à notre roulotte, sur les rotules mais ravis de cette balade, nous décidons de passer une deuxième nuit sur place, nous sommes entourés par les nuages.

29 mai

1

Après une bonne nuit réparatrice pour nos mollets, direction Nangulvi (piste à gauche au point de notre bivouac).

2

Piste de 800 m qui nous amène sur une route.

3

Belle route mais beaucoup de travaux.

4

Ils construisent d’énormes caniveaux bétonnés, certainement fort utiles en saison des pluies.

5

Elle se plaît chez son hôte.

6

La route se transforme en piste mais reste très roulante.

7

Nous roulons dans une forêt de nuages.

8

.

9

.

10

Durant la pause déjeuner certainement intriguée, une mamie (Maria) nous rend visite, nous lui offrons un avocat, elle repart toute contente. Avant notre départ à notre tour nous lui rendons visite avec la carte postale souvenir et la photo pour nous.

11

Nous sommes dans une zone subtropicale, ici la verdure et les nuages se disputent l’espace.

12

.

13

.

14

.

15

C’est la fin de la floraison, dommage.

16

Une gargote au bord de la piste : on taille sur place, on fait griller et on déguste avec des patates.

17

Bien attaché, on ne sait jamais !

18

Nous redescendons sous les nuages.

19

Piste que nous venons d’emprunter.

20

Nous descendons dans la vallée.

21

.

22

Arrivée aux thermes de Nangulvi, 1376 m. N 00°19.688 W 078°32.795

23

Nous demandons s’il est possible de dormir sur place, oui aucun souci.

24

Malgré une petite averse il fait 20° et l’eau est à 40°.

25

Un vrai bonheur !

26

On ne rigole pas…

27

Un restaurant sur place, 2.90 $ par personne pour un repas complet.

28

Le tout dans un cadre très nature.

29

Cette fresque résume bien les activités disponibles sur le site.

30 mai

0

Après le petit déj nous retournons dans les bassins.

1

Machine à transformer la canne à sucre.

2

.

Au moment de partir un équatorien, Pépé, vient vers nous en parlant français, il nous dit tenir une plantation de café et nous invite pour une visite et possibilité de dormir sur place.

3

Nous prenons une piste pour se rendre dans sa plantation de 100 ha.

4

Certains sont encore en fleurs.

5

D’autres en attente de cueillette.

6

C’est de l’arabica.

7

Station de lavage, après quoi les grains fermentent entre 12 et 16 heures.

8

Séchage de 7 à 14 jours sur des lits africains.

9

En 2014 Pépé obtient la médaille du meilleur terroir de province.

10

Dégustation d’un excellent café sur fond musical de Deep Purple (c’est un fana de rock des années 70) dans sa belle maison faîte entièrement de bambous.

11

A 40 ans, Pépé a déjà visité 78 pays en sac à dos, avant la plantation il était guide de montagne, il a fait 700 fois l’ascension du volcan Cotopaxi (5897 m) !

12

Et aussi un passionné de motos, sa dernière trouvaille une 80 cc Yamaha de 1964 en parfaite état de marche.

13

Vue de notre bivouac.

14

.

31 mai

1

Après avoir partagé un dernier excellent café avec Pépé, nous quittons cet endroit magnifique.

2

Environ 1 km de chemin pour quitter la plantation.

3

Obligé de manœuvrer dans ce virage serré, c’est normal, c’est un G !

4

Braqué à fond ça passe tout juste !

5

Si vous souhaitez visiter la plantation de Pépé, tourner à gauche après le pont au point.                   N 00°18.983 W 078°33.893 / 10 $ par personne.

Nous retournons aux thermes afin de prendre un dernier bain demain matin, de plus pour 1 $ nous pouvons profiter de la wifi à partir de 17 h.

6

Petite balade pour la digestion.

7

.

8

.

9

Vaincre le vertige tout un art…

 

 

 

 

Category: EQUATEUR 2015
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.