Author:
• mardi, mai 05th, 2015

1 mai

hermann-spielwaren-muguet-20279-8

.

 

1

Nous quittons la plantation de café par la 29 plein sud en direction de Pereira.

2

Puis empruntons la 40 à l’est d’Arménia.

3

Jusqu’à rejoindre la 45 toujours vers le sud

4

A faire pâlir un vide grenier.

5

Pause déjeuner en pleine nature.

6

Ici nous voyons encore beaucoup de R12, R9, R18 et aussi la fameuse 4L.

7

Toujours sur la 45.

8

Avec le climat ici on ne s’encombre pas de vitres latérales. Ces bus se nomment « la chiva » et se transforment parfois en fiesta ambulante.

9

20 km après Natagaima nous prenons la piste à gauche au point
N 03°28.298 W 075°09.017

Il nous reste 42 km de piste pour atteindre le désert de Tatacoa mais la nuit tombe, il nous tarde de trouver un coin pour la nuit.

10

Bivouac en pleine nature juste avant la rivière Magdalena.
N 03°25.924 W 075°07.988

2 mai

11

Sitôt sortis du notre bivouac nous empruntons le tunnel.

12

Qui débouche aussitôt sur le pont de la rivière. (voir vidéo Traversée du rio Magdalena)

13

La piste longe la rivière pendant quelques km.

14

Région uniquement paysanne.

15

.

16

.

17

.

18

.

19

.

20

.

21

.

22

Paysan et son troupeau.

23

.

24

La piste traverse quelques villages bien ombragés.

25

En direction du désert de Tatacoa nous sommes surpris de trouver des rizières très bien irriguées.

26

.

27

Riz bientôt à maturité.

28

Après récolte.

29

.

30

Le paysage devient semi aride.

31

.

32

.

33

.

34

A une vingtaine de km des rizières on se retrouve dans le désert de Tatacoa.

35

Il s’agit en fait d’une forêt sèche et tropicale

36

.

37

.

38

39

.

40

.

41

On y trouve quelques buvettes/restos et de belles chèvres.

42

Nous le traversons dans la journée sous 35°.

43

Notre GPS n’indique plus aucune piste mais sur le terrain nous la suivons.

44

.

45

.

45BIS

.

46

.

47

.

48

.

49

.

50

Bivouac au bord de la piste, 30° dans la cellule + petites mouches passant dans les moustiquaires pour nous dévorer = très mauvaise nuit. N 03°011.991 W 075°04.860

3 mai

51

Nous continuons la piste jusqu’au village de Baraya et ensuite Tello.

52

.

53

.

54

.

55

.

56

.

57

.

58

Ce qui nous permet de rattraper la 45.

59

Beaucoup de marchands de fruits en bordure de route.

60

Nous poursuivons sur la 45 jusqu’à Pitalito.

61

Puis à l’ouest jusqu’à San Augustin.

62

Petit village à 1700 m, nous retrouvons la fraîcheur de la montagne, un vrai bonheur !

63

Camping Gamicelat entre le village et le site archéologique.
N 01°53.285 W 076°16.615
20000 pesos par nuit (wifi).

8 mai

1

Une des douches du camping.

2

Quelques locataires du camping.

3

.

4

.

5

Belle rencontre avec Marion une voyageuse suisse sac à dos.

6

L’art de tout faire avec rien !

7

Toujours de petits chefs-d’œuvre sur les murs.

8

.

9

.

&à

Beau spécimen de papyrus.

11

Recyclage de coquilles d’œufs.

12

Jeune couple grenoblois Laeticia et David arrivés au camping avec leur tandem très spécial en direction également d’Ushuaïa, bravo pour le défi !

13

Voici la bête !

9 mai

1

Après 6 jours relax nous quittons San Agustin en repiquant la 45 vers Mocoa.

2

La région est très arrosée provoquant de nombreux glissements de terrain.

3

Parfois même le bitume se fait la malle !

4

Et aussi nids-de-poule à volonté.

5

Et oui nous sommes toujours sur la 45…

6

Original dans son genre !

7

3 ou 4 km après Mocoa nous nous arrêtons à la Casa Del Rio pour la nuit.
N 01°07.455 W 076°38.300

8

70000 pesos par personne peu importe le véhicule. (2,60 €)

10 mai

Nous continuons la 45 pendant une dizaine de km.

1

Nous prenons la 10 sur la droite qui s’avère être une piste.

2

Afin de nous rendre à la laguna de la Cocha.

3

C’est une journée pluvieuse.

4

Il nous reste une centaine de km à parcourir, serait-ce de la piste jusqu’au bout ?

5

L’eau coule de partout !

6

Les lignes droites se font rares.

7

Nous sommes souvent dans les nuages au alentour de 2000 m.

8

Nous apercevons la piste sur l’autre versant.

9

Des « zigs et des zags » !

10

Toujours plus haut.

11

Pause déjeuner sous des trombes d’eau.

12

Par endroits le croisement devient difficile.

13

.

14

Les glissements de terrain sont monnaie courante.

15

Même quelques camions s’y aventurent, ils n’ont pas le choix, c’est le seul passage pour rejoindre Pasto.

16

.

17

Les daturas apprécient le climat.

Après les pluies un nombre impressionnant de cascades coulent à flot.

Après les pluies un nombre impressionnant de cascades coulent à flot.

19

.

20

Nous apercevons la vallée.

21

Et au bout de 80 km de piste nous retrouvons le bitume.

22

Pas pour longtemps !

23

.

24

Nous sommes à 3000 m et apercevons la laguna de la Cocha.

25

Nous avons mis 5 h, hors arrêts pour 130 km.

26

Bivouac très tranquille au bout du chemin à 2800 m au bord de la lagune. N 01°08.232 W 077°09.195

Vers 18 h un pick-up de la police nous rend visite, les 3 militaires nous serrent la main. Nous leur racontons notre périple, ils sont admiratifs du véhicule, l’un me prend par l’épaule le temps d’une photo devant le G, le plus fort : un des trois découd un écusson de sa veste pour me l’offrir après avoir inscrit son nom et son bataillon au dos ! Et ce n’est pas fini, il offre un rose à Michèle. Ces trois jeunes policiers sont armés jusqu’aux dents mais d’une sympathie incroyable, nous garderons un bon souvenir de la police colombienne.

11 mai

Il pleut toute la nuit donc au matin les bottes sont les bienvenues !

1

Petite balade matinale sur le port.

2

.

3

Quasiment toute les maisons sont en bois.

4

.

5

Des maisons très fleuries.

6

.

7

.

8

.

9

Le niveau d’eau est très haut.

10

La plupart des maisons sont des restaurants.

11

.

12

Passerelle en bambou.

13

Toutes les constructions sont sur pilotis.

14

Les barques attendent les touristes.

15

.

16

.

17

Comme souvent en Colombie les couvertures sont en tôle ondulée.

18

Belle chevelure…

19

.

20

Le livreur de lait.

21

La météo est toujours incertaine.

22

.

23

Nous laissons la lagune.

24

A la sortie nous remarquons cette belle maison en bambou.

25

Dans la nuit le niveau d’eau a fortement monté.

26

.

27

Nous reprenons la 10 direction Potosi.

28

La flèche indique notre bivouac.

29

Une chance une déviation contourne la ville de Pasto.

30

Nous sommes dans une région où la moindre parcelle est cultivée.

31

Un vrai Patchwork !

32

.

33

On rejoint la panaméricaine.

34

Au loin on distingue les cascades.

35

Qui grossissent les rios.

36

Des champs de petits-pois.

37

Il y a 2 Potosi sur le GPS, évidemment j’ai rentré le mauvais du coup on se retrouve sur une piste, pas grave on visite la campagne.

38

.

39

Nous arrivons enfin à proximité du bon Potosi, suite à notre demande une femme nous conseille cet endroit en nous assurant que nous serons tranquille. N 00°48.680 W 077°35.544

12 mai

1

C’est sous une météo maussade que nous visitons le sanctuaire de las lajas.

2

C’est une construction remarquable !

3

.

4

.

5

.

6

.

7

Belle idée.

8

Des centaines de plaques de remerciement sont scellées sur les murs le long du chemin d’accès.

9

Le ciel est bien gris, c’est dommage pour les photos !

10

.

11

.

12

.

13

.

14

.

15

.

16

.

17

.

18

.

19

La visite terminée nous nous rendons à Ipiales.

20

.

21

Une fois n’est pas coutume, notre bivouac se fait à l’hôtel. Nous sommes à 500 m de la frontière de l’équateur. N 00°48.974 W 77°39.513

22

Nous gardons un bon souvenir de la Colombie aux paysages multiples, au climat très varié et de ses habitants souriants et plutôt sympathiques.

 

 

 

 

Category: COLOMBIE 2015
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.