Author:
• lundi, juin 15th, 2015

10 juin

1

Nous continuons notre piste toujours dans la réserve de Pululahua.

2

.

3

.

4

Lichen étonnamment blanc !

5

.

6

.

7

Il faut viser juste.

8

.

9

.

10

La piste s’avère être un cul de sac, demi-tour !

11

.

Après plusieurs essais et renseignements pris auprès des locaux, il n’y a qu’une seule entrée dans cette réserve.

11BIS

.

11TER

.

12

Nous continuons dans la réserve jusqu’au cratère de Pululahua qui abrite quelques habitations et des cultures, un des rares cratère à être habité.

13

Nous remontons le sentier jusqu’au belvédère 1,8 km de grimpette non stop, tout ça pour de nouveau se retrouver dans les nuages !

14

Une surprise, nous retrouvons notre bivouac à l’affiche, c’est un ancien four à chaux.

15

De retour dans le cratère nous trouvons une aire de camping, personne à l’horizon, on s’installe. N 00°02.103 W 078°29.226 Alt 2516 m.

11 juin

1

Le matin avec le soleil !

2

Nous quittons le cratère.

3

En sortant de la réserve nous retournons au belvédère cette fois ci par la route.

4

Juste avant de sortir petite balade dans les hauteurs.

5

.

6

.

7

.

8

Nous distinguons bien la piste qui mène au cratère.

9

L’autre versant beaucoup plus aride.

10

Depuis le belvédère nous apercevons notre bivouac d’hier.

11

Sur place nous profitons d’une wifi pour la mise à jour du site.

12

Juste à côté nous visitons ce musée pour 3 $ par personne.

13

.

13BIS

.

14

.

15

.

16

.

16BIS

.

17

L’entrée.

18

Le centre.

19

Eclairé par le soleil.

20

.

21

.

22

Ambiance particulière sur fond musical.

23

Nous sommes seuls dans le musée.

24

.

25

.

26

L’atelier de peinture du maître des lieux : Cristobal ORTEGA MAILA, peinture au doigt et sculpteur, un des peintres le plus rapide au monde.

27

.

28

.

29

.

30

.

31

.

32

.

33

.

34

.

35

Enchantés de cette visite.

36

A Calcali le monument « Mitad del Mundo ».

37

.

38

.

39

.

40

.

41

Ensuite nous prenons une piste un peu au hasard.
N 00°03.369 W 078°26.883

42

.

43

Piste très poussiéreuse.

44

.

45

.

La nuit tombée il devient urgent de trouver notre bivouac mais aucun endroit pour se poser. Tant pis le chemin étant plus large on s’arrête sur le côté. Nous sommes en compagnie des chèvres en pleine montagne. Au bout de 10 minutes, nous apercevons une lumière venant vers nous, ce sont les propriétaires des bêtes qui certainement s’inquiètent de notre présence dans la nuit à cet endroit, tant bien que mal nous leur expliquons : c’est juste pour passer la nuit, on se serre la main et tout le monde est rassuré. 10 minutes plus tard nous entendons des voix, ce sont les enfants qui nous proposent de dormir dans leur cour, bien sûr nous acceptons.

46

Bivouac N 00°06.411 W 078°30.697

12 juin

47

Au lever du jour le couple part sur leur petite moto et vers 6h30 les 3 enfants montent sur un cheval direction l’école à 2 km, il reste la grand-mère qui garde la petite dernière. Il n’y a pas l’électricité mais tout de même des panneaux solaires.

48

Nous rebroussons chemin, il n’y a pas d’issue sauf à pied ou à cheval.

49

.

50

.

51

.

52

.

53

De retour sur le goudron.

54

San José de Minas.

55

.

56

.

57

.

58

.

59

A la sortie du village nous prenons une piste direction Otavalo qui débouche sur une ancienne route pavée.

60

Magnifique route jusqu’à Otavalo.

Puis nous retournons à Ibarra à notre camping préféré pour quelques jours et retrouver nos amis.

21 juin

Nous finissons quand même par quitter la Finca Sommerwind en compagnie de Bé et Jean-Philippe.

1

France et Marc, un couple de Québécois fort sympathique que nous reverrons certainement durant le voyage.

2

Leur Toyota Land Cruiser HJ47 de 1983.

Nous prenons la 35 direction Otavalo puis au sud de Cayambe pour un arrêt sur la ligne de l’équateur.

3

Un au nord et l’autre au sud, chacun son hémisphère.

4

.

5

Notre GPS le confirme.

6

Nous regagnons Cayambe.

7

Afin de prendre la piste qui mène jusqu’au volcan.

8

Au départ cette piste est très roulante.

9

Pas pour longtemps !

10

.

11

.

12

Nous dépassons très vite les 3000 m.

12BIS

.

13

Pour atteindre tout aussi rapidement les 4000 m !

14

.

15

.

16

.

17

Pas de chance pour nous, il a neigé récemment et la piste est impraticable sur le dernier km avant d’arriver au refuge.

 

18

Nous redescendons afin de trouver une place pour la nuit.

19

Bivouac N 00°00.382 W 078°01.151 alt 4202 m. (notre plus haut bivouac)

22 juin

La nuit fut très mauvaise, nous avons fait l’erreur d’avoir dormi si haut, en plus vent violent toute la nuit et pluie. Au matin tout le monde a des maux de tête, la température frôle le 0°, notre chaudière décide de se mettre en route au bout du troisième essai, ouf !

20

Nous sommes déçus de ne pas pouvoir atteindre le sommet enneigé du volcan, nous redescendons sur Cayambe.

21

.

23

.

24

Le Sprinter s’en sort très bien.

25

.

26

.

27

.

28

Nous nous approchons de Quito (une quarantaine de km).

29

Nous faisons halte dans un pseudo camping 10 $ par véhicule, toilettes, douches, wifi.                                                 S 00°12.950   W 078°21.689

 

Category: EQUATEUR 2015
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.